Théâtre du Grand Rond
23 rue des Potiers
31000 Toulouse
Tél. : 05 61 62 14 85

[à l'écoute] Émission Au Grand Rond si j’y suis, du mardi 14 novembre de 14h à 15h sur Radio Mon Païs (90.1)

Ils étaient autour des micros pour répondre à nos questions :
- Manon et François de Séquence Court-Métrage
- Hélène de Migrant'Scène
- Enora de Marionnettissimo
- Marc, notre nouveau chroniqueur

 

écouter ici


Journal n°45 - septembre/décembre 2017

Feuilletez le journal ici.


    


Suivez notre actualité en vous inscrivant à notre newsletter en cliquant ici !



> Lire la suite...
Y'a plus de saison !


© DR
Compagnie : Figure libre
De : Hélène Dedryvère
Mise en scène : Hélène Dedryvère
Avec : Hélène Dedryvère, Gaëlle Levallois,
Regards extérieurs : Denis Lagrâce, Carlos Nagoledo ; Dramaturgie, création sonore : Enrico Clarelli
Coproduit par le Théâtre du Grand Rond

Représentation(s) :

Du 5 au 9 décembre 2017 à 21h
Genre : Fable écolo-poético-décalée
Durée : 1h
Création


Dans un grand entrepôt, deux employées, une plante verte et des tonnes de marchandises interrogent nos rapports aux  objets, à la consommation et à la nature, questionnent nos grands idéaux comme nos petites mesquineries quand il s’agit de parler du rapport de l’humain à la nature. Deux anti-héroïnes, un peu clownesques et tellement humaines, recréent à leur façon le passage des saisons, entre printemps social et pause estivale, promotions de rentrée et trêve hivernale.

« Y’a plus de saison ma brave dame », hormis peut-être la saison 7 de notre série préférée ou la saison printemps-été du catalogue de la Redoute… Et pourtant, dans nos bureaux climatisés, au sein de villes qui veulent se « végétaliser » pendant que les forêts, elles, se déboisent, on continue de parler de la pluie et du beau temps. La Compagnie Figure Libre s’empare de ce thème et nous livre une vision poétique, légère et décalée du passage des saisons dans nos environnements citadins d’aujourd’hui. Dans cet entrepôt peuplé de colis, prospectus et emballages en tout genre, au fil des matières et des objets qu’ils manipulent, les personnages se laissent happer par leur imaginaire pendant une journée, une journée à l’image d’une année - du matin au soir et du printemps à l’hiver. Jeux de mots visuels et collages poétiques s’enchaînent avec humour et légèreté et surtout sans moralisme. Le réel, décalé, réinventé, prend ainsi des allures de fable.
 





Retour Bookmark and Share
© Théâtre du Grand Rond 2011 - Admin