Théâtre du Grand Rond
23 rue des Potiers
31000 Toulouse
Tél. : 05 61 62 14 85

Présentation de saison

Rendez-vous le lundi 16 septembre à 19h.
Réservations au 05 61 62 14 85.


 [ LA BIENNALE / Arts Vivants / International ]
24 SEPTEMBRE AU 12 OCTOBRE 2019 ! Après la conférence de presse de mardi 28 mai,
toutes les infos de l'évènement sur le site dédié ici
N'hésitez pas à aller cliquer !


Journal n°50 - mai/août 2019

Feuilleter le journal ici


    


Suivez notre actualité en vous inscrivant à notre newsletter en cliquant ici !



> Lire la suite...
Music-hall


© Romane Rivière
Compagnie : Arène Théâtre,
De : Jean-Luc Lagarce,
Mise en scène : Eric Sanjou,
Avec : Eric Sanjou, Christophe Champain, Céline Pique,
Costumes : Richard Cousseau

Représentation(s) :

Du 8 au 12 janvier 2019 à 21h
Genre : Au cul du camion !
Durée : 1h15


Une "vieille" artiste de music-hall, ses deux "vieux" boys. Ils se produisent encore dans des lieux miteux ou dans des campagnes perdues. Elle joue ou veut encore croire jouer les stars. Comme tous les soirs, la Fille jouera sa petite histoire, prendra des mines, habile à prendre des mines, fredonnera chansonnette et esquissera pas de danse. Comme tous les soirs, les deux boys, épuisés, fatigués, feront mine, l'accompagneront et tricheront avec elle. Et comme tous les soirs… le show aura lieu ! Un texte splendide de Jean-Luc Lagarce. Un classique.

Ça fait bien des années qu'ils tournent ensemble, ils en ont vu et ça se voit ! Alors le trio de Music-hall se dévoile, vide les tiroirs et montre les fonds de culotte. C'est drôle bien sûr, bien sûr que l'on peut en rire, que l'on en rit, tant que c'est encore possible, avant que les larmes gagnent... Un texte à l'humour grinçant avec ses personnages pathétiques. Ça parle de l'égo, de la difficulté d'être et d'y croire.  La troupe d’Eric Sanjou est une habituée de nos planches, une habituée de nombreuses planches et depuis de nombreuses années. Comme le dit Eric « il faut avoir roulé sa bosse, pris des coups, déchargé des camions dans le froid, s'être brûlé en été au métal des décors, avoir reçu quelques cailloux jetés par quelques enfants de la campagne, avoir mené vingt-cinq ans la troupe pour pouvoir remuer aussi les spectateurs avec ça, ce texte-là. Pour ne pas être à la surface, anecdotique. Pour le monter de l'intérieur. »

Ça parle de théâtre mais surtout de nos rêves à toutes et à tous, de ces rêves que l’on poursuit, des Don Quichotte ou des Sancho que nous sommes toutes et tous. Une dernière danse ?





Retour Bookmark and Share
© Théâtre du Grand Rond 2011 - Admin