Théâtre du Grand Rond
23 rue des Potiers
31000 Toulouse
Tél. : 05 61 62 14 85

Présentation de saison

Rendez-vous le lundi 16 septembre à 19h.
Réservations au 05 61 62 14 85.


 [ LA BIENNALE / Arts Vivants / International ]
24 SEPTEMBRE AU 12 OCTOBRE 2019 ! Après la conférence de presse de mardi 28 mai,
toutes les infos de l'évènement sur le site dédié ici
N'hésitez pas à aller cliquer !


Journal n°50 - mai/août 2019

Feuilleter le journal ici


    


Suivez notre actualité en vous inscrivant à notre newsletter en cliquant ici !



> Lire la suite...
Maliroots - An ka taa !


© Valérie Denzler
Compagnie : La Divine Fabrique,
De : Ladji Diallo, Alberto García Sánchez,
Mise en scène : Alberto García Sánchez,
Avec : Ladji Diallo,
Lumières : Frédéric Béars - Musique et son : Jeff Manuel - Chorégraphie : Sophie Abadie

Représentation(s) :

Du 22 au 26 janvier 2019 à 21h
Genre : Du mardi au samedi à Bamako
Durée : 1h25


Création - coproduction Théâtre du Grand Rond
Ça y est, on peut le dire : Ladji Diallo est un habitué de nos planches. Après les deux premiers volets de sa trilogie, J’kiffe Antigone et Ma vallée, un truc de fou !, il revient pour clore le chapitre… Témoins de la rencontre du jeune banlieusard black avec le théâtre puis avec la nature, c’est dans son voyage initiatique au Mali, pays de ses racines et de sa vocation, qu’il nous embarque. An Ka Taa !

Ladji Diallo a beaucoup à raconter ! Pour celles et ceux qui ont raté les épisodes précédents, Ladji, c’est le choc des cultures incarné : né à Paris de parents maliens, il immigre en banlieue à 9 ans, y découvre le théâtre, et choisit quelques années plus tard d’habiter au beau milieu des Pyrénées…

Dans ce troisième volet, Ladji nous plonge au cœur de sa rencontre avec la terre de ses ancêtres. C’est l’art de vivre de l’Afrique, ses griots, sa musique et sa danse qui ont révélé le comédien/auteur/musicien qui sommeillait en lui. Pour construire ce spectacle, Ladji a travaillé autour de ses visites du Mali et des témoignages de migrant·e·s arrivé·e·s en France. C’est un voyage miroir qu’il nous offre ici où d’un côté il y a ce Franco-Malien et, de l’autre côté, des Maliens qui voudraient bien être « franco ».

Comme pour ces précédents spectacles, Ladji est seul en scène. Sur un plateau nu, c’est tout un imaginaire qu’il éveille en nous, à coups de textes bien sentis et de musiques envoûtantes. Vous ne connaissez pas le Mali ? « An ka taa ! » veut dire « Partons ! » en bambara. 



Retour Bookmark and Share
© Théâtre du Grand Rond 2011 - Admin