Théâtre du Grand Rond
23 rue des Potiers
31000 Toulouse
Tél. : 05 61 62 14 85

Journal n°48 - septembre/décembre 2018

Feuilletez le journal ici.


    


Suivez notre actualité en vous inscrivant à notre newsletter en cliquant ici !



> Lire la suite...
Peau d'âne


© Mickaël Labat
Compagnie : Le Grand Raymond
De : Lucie Boulay, Dominique Habouzit
Mise en scène : Dominique Habouzit
Avec : Lucie Boulay
Scénographie et création marionnettes : Vincent Bacuzzi - Construction marionnettes : Vincent Bacuzzi & Co - Composition musicale : Jean-Luc Amestoy - Enregistrement des musiques : Jean-Luc Amestoy, Laurent Guitton, Lisa Herbas - Construction : Vincent Bacuzzi, Franck Breuil - Costumes : Anita Gordon

Représentation(s) :
Le Mercredi 28 Novembre 2018 à 15:00:00
Le Samedi 01 Décembre 2018 à 15:00:00
Le Mercredi 05 Décembre 2018 à 15:00:00
Le Samedi 08 Décembre 2018 à 15:00:00
Le Mercredi 12 Décembre 2018 à 15:00:00
Le Samedi 15 Décembre 2018 à 15:00:00
Réserver


A partir de 7 ans

Oubliez tout ! Le titre pourrait vous emmener vers un imaginaire de conte de fées, des chansons, un gâteau d’amour… mais que nenni ! Les ingrédients de ce Peau d’âne mitonnent une toute autre recette. Les ingrédients donc : neuf marionnettes, une comédienne-circassienne et un conte pour nous retracer l’histoire de cette fille trop aimée par son père. Un spectacle tout en finesse, un univers qui lorgne sur le merveilleux, un pari totalement réussi.

Si la compagnie Le Grand Raymond signe ici son premier spectacle, sa fondatrice et interprète ne nous est pas inconnue. Lucie Boulay est à l’origine des compagnies Remise à 9 et Boustrophédon et elle manie autant l’art de la marionnette que les arts du cirque.

Les personnages de l’histoire de ce Peau d’âne sont tous des marionnettes : la princesse, le roi, la reine, la marraine, le prince… Ils/Elles sont tou·te·s là. Lucie Boulay les met tou·te·s en scène, change leur décor et nous raconte. Alors cet univers merveilleux s’anime, les chansons créées par Jean-Luc Amestoy nous transportent dans cet étrange décor et ces non moins étranges sentiments qui traversent les pensées de la fillette. Nous voici, petit·e·s et grand·e·s, hésitant avec elle, traversant ce monde d’adultes qui vient entrechoquer ce monde d’enfance. Et, parce qu’un conte se finit toujours bien, nous sortirons heureux·ses de ce spectacle puisque, nous aussi, nous aurons grandi avec elle.



Retour Bookmark and Share
© Théâtre du Grand Rond 2011 - Admin