Théâtre du Grand Rond
23 rue des Potiers
31000 Toulouse
Tél. : 05 61 62 14 85

[à l'écoute] Émission Au Grand Rond si j’y suis, du mercredi 9 octobre de 16h à 17h sur Radio Mon Païs (90.1)

Ils seront autour des micros pour répondre à nos questions :
- Antoine Terrieux de Blizzard Concept
- le festival Toulouse Polars du Sud
- le festival Mékanik du rire
- Marc Compozieux pour sa chronique.

à écouter ici


Journal n°51 - septembre/décembre 2019

Téléchargez le journal ici


    


Suivez notre actualité en vous inscrivant à notre newsletter en cliquant ici !



> Lire la suite...
Gros-Câlin


© Justine Ducat
Compagnie : La Nuit se lève
De : Romain Gary/Emile Ajar
Avec : Denis Rey,
Lumières : Michael Vigier

Représentation(s) :

Du 21 au 25 janvier 2020 à 21h
Genre : Animale tendresse
Durée : 1h20

Réserver


Monsieur Cousin, modeste employé célibataire cherchant désespérément à combler le vide dans sa vie, s’éprend d’un python ramené d’Afrique. Ce serpent est le seul à lui donner cet amour, cette tendresse dans de longues étreintes. Cette fable tragi-comique, adaptée du roman d’Emile Ajar et portée avec brio par Denis Rey, est l’histoire d’un homme qui se débat dans une existence qu’il voudrait joyeuse. C’est drôle et pathétique, absurde et émouvant.

Premier roman de Romain Gary sous le pseudonyme d’Emile Ajar, Gros-Câlin est le récit labyrinthique d’une solitude dans un Paris trop grand, dans une vie trop modeste, dans une existence trop triste.

Romain Gary invente ici une langue. Prosaïque ou elliptique parfois, exigeante toujours, elle fait complètement et totalement spectacle. A l’image de Denis Rey qui porte cette langue de façon magistrale. Un simple costume-cravate, une chaise pour unique accessoire et il nous donne à voir un éventail de jeu unique. Après le magnifique Et puis quand le jour s’est levé, je me suis endormi nous sommes ravi·e·s d’accueillir son deuxième seul-en-scène.

« Jouer Gros-Câlin, c’est prendre en charge une solitude, c’est raconter à la première personne l’histoire d’un homme qui soliloque pour combler le vide d’une existence absurde. C’est dire une fable, un monologue avec ses délires et ses digressions. C’est être le porteur d’une indéfectible volonté de bonheur, le témoignage humoristique d’un mal de vivre, le récit d’une aventure tragi-comique. » Denis Rey



Retour Bookmark and Share
© Théâtre du Grand Rond 2011 - Admin