Théâtre du Grand Rond
23 rue des Potiers
31000 Toulouse
Tél. : 05 61 62 14 85

Devenir associé·e de la SCIC

Si vous souhaitez faire partie de la vie du Théâtre, nous vous invitons à rejoindre l'aventure en souscrivant une part de la SCIC et devenir associé·e du Théâtre !
Toutes les informations par ici.


    


Suivez notre actualité en vous inscrivant à notre newsletter en cliquant ici !



> Lire la suite...
Nos Années


© Marc Vionnet-LeCloudanslaplanche, Olivier Gal, DE
Compagnie : En Compagnie des Barbares
De : D'après Les Années d'Annie Ernaux (Éditions Gallimard)
Mise en scène : Sarah Freynet, Karine Monneau
Avec : Karine Monneau, Eliot Saour

Représentation(s) :

Du 8 au 12 décembre 2020
Du mardi au samedi à 21h
Genre : théâtre
Durée : 1h10

Réserver


En Compagnie des Barbares n’en n’est plus à son premier fait d’a(r)mes. Créée il y a plus de 10 ans, la compagnie a souvent sévi sur notre plateau, quand il était assez grand pour contenir ses folles inventivités ! Citons Cri & Co, Notes sur l’oreiller ou le très remarqué Konférans pour lé zillétré. Elle nous revient cette fois-ci avec une variation théâtrale et musicale de l’œuvre magistrale d’Annie Ernaux, Les Années. A déguster sans aucune modération.

Nous voilà embarqué·e·s pour une traversée des soixante dernières années, à travers les mots d’Annie Ernaux, clairs et incisifs,  mais également à travers les musiques qui ont marqué les changements d’époque et de mœurs : de Bourvil aux Doors, des Yéyés à Queen, de la naissance du rap à la musique électronique. Deux artistes de deux générations : Karine Monneau (tout juste 1 an en mai 68) et Eliot Saour (6 ans le 11 septembre 2001) éclairent l’œuvre qui n’est rien de moins que l’expérience d’une génération.
Entre musique et mots, radiocassettes et vinyles, les madeleines de Proust et/ou les fantômes d’un passé très proche surgissent : des tables en Formica, des repas de famille, des toilettes dans la cour, des révolutions, des chienlits, des séances de gym tonique, des téléphones portables, des buildings qui s’effondrent et des converses pour quadra. On passe, sans nostalgie, par un destin et une mémoire, de l’histoire personnelle à la collective pour éclairer un présent parfois difficile à saisir.



Retour Bookmark and Share
© Théâtre du Grand Rond 2011 - Admin