Théâtre du Grand Rond
23 rue des Potiers
31000 Toulouse
Tél. : 05 61 62 14 85

Devenir associé·e de la SCIC

Si vous souhaitez faire partie de la vie du Théâtre, nous vous invitons à rejoindre l'aventure en souscrivant une part de la SCIC et devenir associé·e du Théâtre !
Toutes les informations par ici.


    


Suivez notre actualité en vous inscrivant à notre newsletter en cliquant ici !



> Lire la suite...
La Fonte de K


© Loran Chourrau / lepetitcowboy.com
Compagnie : Groupe amour amour amour
De : David Malan
Mise en scène : David Malan
Avec : Juliana Béjaud, Louise Brinon, David Malan
Conception : Juliana Béjaud, David Malan - Création lumière : Louise Brinon - Scénographie : Louise Brinon, David Malan - Musique originale : Paola Stella Minni, Konstantinos Rizos

Représentation(s) :

Du 2 au 6 mars 2021
Du mardi au samedi à 21h
Genre : théâtre

Durée : à définir

Réserver


Création - coproduction

Après avoir découvert leur première création, Camille, nous nous laissons à nouveau embarquer dans les divagations du Groupe Amour Amour Amour qui s’empare cette fois de l’exercice du carnet de voyage pour nous écrire leur fiction. Pas un voyage, une fiction… un non-voyage plutôt. Quelle que soit la direction, on invente bien quelque chose, qu’on arrive à destination ou non. Et pourquoi aller quelque part, si ce n’est pour se raconter et s’inventer soi-même ?

Si la première création de la compagnie traitait de la romance, celle-ci, avec comme point de départ la dépression et le potentiel suicide de l’ami K, est une recherche sur le récit de soi. K leur écrit, il dit la dépression, il dit les angoisses, il dit le suicide. Mais il dit aussi « ça va mieux en le disant ». Parce que le dire c’est raconter, c’est se raconter.
Juliana Bejaud et David Malan décident alors de prendre le contre-pied de l’inertie de K et se mettent en marche. L’objectif : le Groenland, en trois semaines et avec 400€. Dans ce non-voyage, et dans le non-deuil de l’ami pas encore suicidé, il et elle vont chercher. Chercher ce qui fait récit et quels terrains sont laissés à l’imaginaire. Il et elle aiment les relations entre arts du spectacle et sociologie : observations de terrain, lectures théoriques, entretiens, analyses… de là les mots de David et le travail corporel de Juliana dérouleront le spectacle, comme une quête absurde, un grand rire collectif, un amusement à la chute et une réjouissance à se relever.



Retour Bookmark and Share
© Théâtre du Grand Rond 2011 - Admin