Théâtre du Grand Rond
23 rue des Potiers
31000 Toulouse
Tél. : 05 61 62 14 85

Delphine Alvado

C'est avec tristesse que nous avons appris le décès de Delphine Alvado. Delphine fut comédienne associée du Théâtre à sa création, il y a 20 ans maintenant et elle a été depuis accueillie à de nombreuses reprises.

Lire la suite ici.


Devenir associé·e de la SCIC

Si vous souhaitez faire partie de la vie du Théâtre, nous vous invitons à rejoindre l'aventure en souscrivant une part de la SCIC et devenir associé·e du Théâtre !
Toutes les informations par ici.


    


Suivez notre actualité en vous inscrivant à notre newsletter en cliquant ici !



> Lire la suite...
Mardi à Monoprix


© Marie Hyvernaud
Compagnie : Compagnie de l'Inutile,
De : Emmanuel Darley
Mise en scène : Eric Vanelle,
Avec : Marc Compozieux, Delphine Saint Raymond,
Adaptation LSF : Ariane Cousin - Musique : Gilles Carles, Philippe Cateix - Scénographie : Paulin Brisset, Eric Vanelle - Chorégraphie : Lucie Lataste - Costumes : Lætitia Bos - Lumière : Paulin Brisset

Représentation(s) :

Du 18 au 22 octobre 2022
Du mardi au samedi à 21h
Genre : théâtre bilingue Français/LSF
Durée : 1h15


Chaque mardi, Marie-Pierre rend visite à son père pour s’occuper de lui, faire son ménage et, point d’orgue de la journée, l’accompagner à Monoprix pour les courses de la semaine. C’est dans cette ville que Marie-Pierre a grandi, à l’époque où elle était Jean-Pierre. Et c’est ce fils qu’il a aimé autrefois, lorsqu’elle était un garçon, que ce père désemparé cherche derrière la robe et le maquillage de sa fille. Un texte magnifique d’humanité, traversé par un humour aussi fragile qu’un battement de cils.

Le texte d’Emmanuel Darley est d’une fulgurante beauté, d’une ironie légère et désabusée, empli d’une tendresse dont on ne sait si elle tient son caractère cristallin de la mélancolie légère ou du sourire dont il semble parer toute chose. Nous ne saurons rien du « pourquoi », ou si peu. Seuls nous intéressent ici le présent, le regard des autres, l’incompréhension et la ténacité de cette femme à être ce qu’elle est.
Pour traduire cette altérité, cette difficulté à être, à comprendre et à être comprise, Marie-Pierre est interprétée par un comédien entendant et une comédienne sourde. Deux parts, masculine et féminine, portant le même texte, les mêmes pensées, mais parlant deux langues différentes, deux langues qui se comprennent mal mais se complètent si bien.
Marc Compozieux et Delphine Saint-Raymond sont remarquables de simplicité et de retenue. Les lumières créées par Paulin Brisset donnent au spectacle un écrin délicat. Et les musiques de Gilles Carle et Philippe Cataix sont tout simplement envoûtantes.

 

 

 



Retour Bookmark and Share
© Théâtre du Grand Rond 2011 - Admin