Théâtre du Grand Rond
23 rue des Potiers
31000 Toulouse
Tél. : 05 61 62 14 85

Devenir associé·e de la SCIC

Si vous souhaitez faire partie de la vie du Théâtre, nous vous invitons à rejoindre l'aventure en souscrivant une part de la SCIC et devenir associé·e du Théâtre !
Toutes les informations par ici.


    


Suivez notre actualité en vous inscrivant à notre newsletter en cliquant ici !



> Lire la suite...
Les 100 000 femmes que je suis en pourparler


© Léo Ponge
Compagnie : Compagnie Etrange Paradis
De : Claire Cittone
Mise en scène : Claire Cittone
Avec : Claire Cittone
Co-mise en scène : Sabrina Ahmed - Scénographie : Claire Saint-Blancat

Représentation(s) :

Du 25 au 29 octobre 2022
Du mardi au samedi à 21h
Genre : Kaléïdoscope féministe
Durée : 1h

Réserver


création / coproduction Théâtre du Grand Rond

Donner la parole à 23 femmes à plusieurs périodes de leur vie, tel est le projet de la compagnie Etrange Paradis. Chaque femme qu’elle soit jeune ou vieille, grande ou petite, connue ou inconnue aspire en grande majorité à une seule chose : être libre, décider, choisir, affronter le réel, être à sa juste place et non pas « juste à sa place ». 23 femmes, 23 paroles comme autant de portraits de la société. Et si toutes ces femmes étaient les différentes facettes d’une seule et même femme ?

Toutes ces facettes sont comme le pièces d’un puzzle qui s’imbriqueraient au fur et à mesure du spectacle pour donner à voir une anthropologie féminine et souterraine liant société patriarcale actuelle et fiction, humour et réalité, vie et mort. Les 100 000 femmes que je suis en pourparler nous parle en profondeur de nos propres humanités, de nos intimités, de nos failles, de nos blessures et de nos faiblesses.
C’est la toute première fois que nous accueillons la compagnie Etrange Paradis et nous avons hâte de vous faire découvrir son travail. Claire Cittone, autrice, metteuse en scène et comédienne de ces 100 000 femmes nous invite, vous l’aurez compris, à nous interroger sur la place des femmes dans notre société.
Quelques notes de Claire valent mieux qu’un beau discours : « Tout en traitant de questions primordiales relatives à la place des femmes dans notre société, je souhaite faire advenir chez les spectateurices un rire qui ne juge pas l'autre dans son altérité mais qui permet de transcender le tragique et les drames présents au cœur du texte pour mieux les dépasser, à la manière d'une résilience joyeuse et festive. J'ai choisi d'interpréter ce texte, tout en laissant la part belle à la musique et au chant. Je souhaite faire vivre aux spectateurices une expérience sensorielle et intime unique. »
Quand on vous dit qu’on a hâte !



Retour Bookmark and Share
© Théâtre du Grand Rond 2011 - Admin