Théâtre du Grand Rond
23 rue des Potiers
31000 Toulouse
Tél. : 05 61 62 14 85

Devenir associé·e de la SCIC

Si vous souhaitez faire partie de la vie du Théâtre, nous vous invitons à rejoindre l'aventure en souscrivant une part de la SCIC et devenir associé·e du Théâtre !
Toutes les informations par ici.


    


Suivez notre actualité en vous inscrivant à notre newsletter en cliquant ici !



> Lire la suite...
Du simple au double


© Pierre Puech
Compagnie : Embrouillamini
De : Elda Haksever, Marthe Mosser
Mise en scène : Elda Haksever, Marthe Mosser
Avec : Elda Haksever, Marthe Mosser
Regard dramaturgique : Cécilia Coquillat - Regard extérieur : Mélodie Cechinni, Morgane Nagir - Création musicale : Dr. Chill aka Kevin Gargadennec, Julien Vautier - Création lumière : Eva Molinier, Alexandre Pago - Technicien général : Kevin Gargadennec

Représentation(s) :

Du 23 au 27 mai 2023
Du mardi au samedi à 21h
Genre : théâtre, cirque, danse
Durée : 45mn

Réserver


Quand on a découvert leur petite forme à ARTO, on est tout de suite tombées sous le charme de ces deux artistes circassiennes, danseuses, comédiennes… et j’en passe. On ne pouvait pas vous laissez passer à côté de cette pépite clownesque et chorégraphique ! Elles ont chacune une tête, deux bras et deux jambes et pourtant, elles ne semblent parfois n’avoir qu’un corps pour deux ! Pour s’exprimer, elles empruntent un langage, une gestuelle, remplie de tics et de tocs : un beau bordel organisé.

Prises la main dans la poche, elles ne cessent de danser, se taquiner, s’imiter, se coincer, se confondre et se perdre. La confusion est à son paroxysme lorsque le duo s’entremêle et s’emboite.
Elda et Marthe vagabondent entre le clown, le hip-hop contemporain et la danse contemporaine pour nous parler du rapport à l’autre, des relations qui se tissent dans notre société. Elles viennent ici parler, d’individualité, de personnalité, d’influences et d’inconscient au sein du duo.

« Que des filles,
Filles, peu importe :
Des corps qui empoignent,
qui se touchent,
et n’ont pas peur de se déployer.
Une armada de vibrations et de multiplications.
Jusqu’à du trop trop trop.
Une violence de danse
s’abattrait sur le peuple.
Des ordres de fracas de bras
Des canons de déhanchés
Des tirs de mains baladeuses
Des éboulements de corps dépliés, désarticulés,
dont on ne sait
quel sein est à qui
quelle oreille à quelle tête.
»
Cécilia Coquillat - Si c’était une armée



Retour Bookmark and Share
© Théâtre du Grand Rond 2011 - Admin